top of page

Réagir

Dernière mise à jour : 5 mai 2020

Il n’y a plus d’insectes, plus d’abeilles, plus d’oiseaux…

Les bras ballants, l’amertume au coin des lèvres, nous contemplons le spectacle : pas une abeille sur la lavande de la cour, pas une sauterelle dans la prairie du père André, pas un cerf-volant[1] sur le tas de bois au fond du jardin.

Dans les champs infinis, les graines douillettement enrobées de molécules néocotinoïdes se développent en toute quiétude : céréales, betteraves, colza, tournesol poussent à merveille mais l’alouette ‑ la Gentille alouette ‑ plumée par l’acétamipiride, le thiaclopride ou le thiaméthoxame, [2] ne grisolle plus.

Monde étrange, terres stériles, odeurs chimiques, les humains l’habitent encore. Pour combien de temps ? Science-fiction, réalité ?

Bayer vient de croquer Monsanto. Les monstres se bouffent entre eux. Un menu épicé à 63 milliards de dollars. Du coup certains sont soulagés car Monsanto, la firme américaine, a mauvaise réputation avec son agent Orange, ses OGM, son Roundup au glyphosate et autres poisons.[3] Bayer, le géant allemand de la chimie, rassurerait-il ? Le palmarès du groupe est lourd. L’ypérite, gaz asphyxiant et vésicant épandu pour la première fois en 1917 sur les soldats français fut un de ses premiers exploits, le sinistre Zyklon B utilisé dans les chambres à gaz nazies un autre. On compte encore à son actif Gaucho le tueur d’abeilles, de nombreux néocotinoïdes, des produits alimentaires et des médicaments plus ou moins louches[4]. De cette fusion il résulte que Bayer régnera sur la chaîne alimentaire, les médicaments et les produits phytosanitaires s’octroyant ainsi le droit de tuer ce qui vit sur et dans la terre. Malgré l’évidente toxicité des phytosanitaires chimiques, les lobbies soutenus par des politiques aveugles ou compromis continuent de tenir le haut du pavé à Bruxelles et au sein des gouvernements nationaux.


Restent les citoyens

Face à la catastrophe beaucoup réagissent. Serait-ce l’insurrection des consciences ? La Société coopérative d’intérêt collectif Le Bio Paysan participe de cet effort en offrant aux consommateurs de Château Landon et environs des produits locaux frais, goûteux, exempts de pesticides, véritables pieds de nez à l’agriculture productiviste qui sévit depuis trop longtemps. Le Bio Paysan promeut une agriculture saine, soucieuse de la qualité et du goût tout en permettant aux agriculteurs et éleveurs responsables d’être rétribués au juste prix et de vivre correctement sans craindre le diktat des grands groupes.

L’objectif est ambitieux mais peut être atteint, grâce à vous.

[1] Il s’agit du lucane cerf-volant, gros scarabée brun noir xylophage doté de mandibules impressionnantes qui font songer à des bois de cerfs, d’où son nom.

[2] Les deux premiers néocotinoïdes sont commercialisés par Bayer, le troisième par Syngenta. Il en existe au moins trois autres.

[3] DDT, édulcorants comme l’aspartame, PCB (polychlorobiphényles utilisés dans les transformateurs électriques), les hormones bovines de croissance, les semences « Terminator ».

Jacques Bullot

Gazette no 1 - Janvier-février 2019




3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page